POCL : stop à la mystification !

Ce vendredi matin, en commission permanente du Conseil régional Centre-Val de Loire, les élus écologistes ont voté contre une énième motion d’urgence visant à relancer le projet de ligne ferroviaire à grande vitesse Paris-Orléans-Clermont-Lyon (POCL) et plus particulièrement son « scénario ouest variante Roanne ».

Nous avons toujours refusé d’entrer dans le débat des scénarios du POCL. Au contraire, dès la campagne régionale de 2010 et lors du débat public qui a eu lieu en 2011-2012, nous avons tenu à questionner d’abord la pertinence de ce projet de LGV, en tenant compte notamment de ses impacts environnementaux, tout en rappelant son coût exorbitant (au moins 15 milliards d’euros).

Dans la lignée des conclusions de la commission « Mobilité 21 » en 2013, un rapport d’information présenté le 29 septembre dernier par un groupe de travail pluraliste de la commission des finances du Sénat invite à « geler pendant une quinzaine d’années le financement par l’Etat des nouveaux projets de ligne à grande vitesse » afin dans le même temps d’ « investir massivement en faveur de la maintenance, du renouvellement et de la modernisation des réseaux existants, dont le vieillissement est très inquiétant ».

Dans ce contexte, les écologistes dénoncent la poursuite de la mystification orchestrée depuis plusieurs années autour de ce projet de LGV dont chacun sait en réalité qu’il ne verra pas le jour avant un avenir très lointain. Surtout, ils rappellent que le POCL n’apporterait pas la réponse adéquate aux attentes réelles des habitants du « Cœur de France » en matière de déplacements : la principale raison d’être de ce projet résidant dans l’éventuel besoin futur de « doubler » la LGV Paris-Lyon existante en offrant un temps de parcours égal ou inférieur à celle-ci, le POCL si jamais il voit le jour dans 20 ou 30 ans, ne desservira pas les territoires qu’il traversera.

En cherchant à croiser les approches et les problématiques propres à chaque territoire, les élus écologistes des différentes Régions concernées ont élaboré une alternative interrégionale commune aux projets de LGV POCL et Poitiers-Limoges. Cette alternative se base sur 3 axes structurants du réseau existant (le POLT, Nantes-Tours-Bourges-Lyon et Paris-Nevers-Clermont) tout en envisageant des infrastructures nouvelles là où elles sont nécessaires (entrée de l’agglomération lyonnaise, Y renversé au sud de Paris). Cette alternative serait 3 fois moins chère que l’addition des projets de LGV POCL et Poitiers-Limoges.

L’élaboration de cette alternative interrégionale par les écologistes a permis de définir un concept nouveau pour les déplacements moyenne-longue distance dans le « Cœur de France » et qui est en train d’être étudié dans d’autres parties de l’Hexagone : le Train à Haut Niveau de Service (THNS) qui concilierait rapidité, maillage des territoires, fiabilité, confort, accessibilité financière. Le scénario issu de cette étude est présenté sur le site internet www.destrainspourtous.fr

 

Charles FOURNIER, président du groupe écologiste au Conseil régional

Benoît FAUCHEUX, représentant du groupe écologiste au sein de la commission « transports et intermodalité, transition énergétique et environnement » du Conseil régional