Politique régionale de santé : enjeux éducatifs

Intervention d’Estelle Cochard

 

Monsieur le Président, mes chers collègues,  je voudrais insister sur les enjeux d’éducation en matière de santé et de bien-être.

L’éducation pour la santé, c’est un concept défini par l’OMS : l’idée est que chaque citoyen acquière tout au long de sa vie les compétences et les moyens lui permettant de promouvoir sa propre santé, sa propre qualité de vie ainsi que celles de la collectivité tout entière.  Les écologistes prônent le développement de cette éducation pour la santé, et ce tout au long des parcours de formation, de manière progressive et adaptée, par des personnels de santé et de prévention traitant de l’ensemble des risques pour la santé et la sécurité, tels que l’alimentation, les maladies infectieuses, les allergies, la santé sexuelle et reproductive et le rapport au corps et au plaisir, les comportements vis-à-vis de l’alcool, du tabac et des stupéfiants…

 

C’est le sens de la politique régionale de prévention et de promotion de la santé en direction des lycéens et des apprentis, dont Alix Téry-Verbe a la charge en tant que conseillère régionale déléguée et qui constitue un pilier des actions éducatives de la Région. Il ne s’agit pas de dire aux jeunes ce qu’il faut faire, mais de les considérer comme acteurs de la prévention et de la promotion de la santé. Alix nous rappelait hier lors de l’examen du budget qu’en 2016-2017, cela représente 88 projets qui ont été soutenus, au bénéfice de 32 000 jeunes à travers 500 actions.

 

Permettez-moi d’insister sur un point en particulier : alors qu’il y a actuellement en France un climat culturel qui tend à culpabiliser les femmes souhaitant avorter, à restreindre l’accès à la contraception, à remoraliser la sexualité des jeunes, à censurer les campagnes d’information contre le SIDA, nous revendiquons tout ce qui est fait par la Région en matière d’éducation à la santé sexuelle, en prenant en compte toutes les sexualités, en lien notamment avec le Planning familial dont nous tenons à saluer l’action. La mise à disposition des jeunes de toute l’information sur ces sujets, sur la contraception, sur l’avortement ou encore sur les infections sexuellement transmissibles et le SIDA, sont absolument nécessaires.