Portrait Michelle Rivet

Présence territoriale des services de santé : couverture rurale

Intervention de Michelle Rivet.

Monsieur le Président, chers collègues.

La situation difficile de notre Région en matière de densité médicale est exacerbée dans les secteurs ruraux et dans ce département en particulier.

Le Sud du Cher et de l’Indre conjuguent en effet le déficit en terme de personnel de santé et médecins présents sur le territoire et les besoins croissants dus au vieillissement de leur population.

Dans le secteur où j’habite les médecins ne se déplacent qu’en cas d’absence de véhicule dans la famille et l’évolution de la fréquentation des cabinets médicaux est impressionnante.

Vous y rencontrez désormais des personnes visiblement très malades qui, il y a quelques années, auraient attendu le docteur dans leur lit !

En cascade les urgences sont embouteillées par des cas relevant des médecins généralistes et spécialistes.

Seule la persistance des solidarités traditionnelles et la proximité des élus permet la pérennité d’un réseau d’alerte sur les problèmes de santé des personnes isolées. Cependant ce maillage est imparfait et inégal.

La difficulté d’accès aux soins et en particulier aux soins spécialisés entraîne des inégalités plus grandes encore entre les populations au détriment des plus démunies. Les conséquences en sont difficilement mesurables sur le long terme en particulier sur le suivi de la santé des enfants des familles les plus pauvres.

En effet l’école qui permettait de diminuer ces inégalités a de moins en moins de moyens sur les questions liées à la santé. Que sont devenues les promesses de la précédente campagne de Nicolas Sarkozy? Combien d’enfants handicapés n’ont plus d’auxiliaire de vie scolaire leur permettant de fréquence l’école ? Quel dépistage et suivi des enfants déficients dans les écoles primaires alors que les Réseaux d’Aide (RASED) ont été supprimés ? Combien d’infirmières manquent elles dans les collèges et lycées ?

Vous comprenez donc chers collègues que le constat fait dans le PRS ne suffise pas et que c’est à l’aulne des moyens qui seront employés pour corriger la situation qu’il faut juger. Or à cet égard les soustractions sont plus fréquentes que les additions, il suffit de citer les menaces sur la maternité du Blanc pour s’en rendre compte.

La responsabilité de l’Etat est en effet écrasante sur le domaine de la santé . Il faut donc saluer l’effort de la Région pour s’impliquer sur cette question avec la participation à la mise en place des MSP qui sont une réponse partielle aux problème rencontrés.

Mais c’est en matière de formation , me semble t il, qu’il faut agir au plus vite et l’augmentation du nombre de personnels de santé via les diverses formations gérées par la Région est indispensable.

Quant à celles qui sont de la responsabilité de l’Etat, j’ai cru comprendre qu’il était urgent d’attendre…