Portrait Charles Fournier

Projets artistiques et culturels de territoire (PACT)

Intervention de Charles Fournier

Je voudrais faire une courte intervention en complément de celle de Karim Laanaya. Je voudrais d’abord dire que nous nous reconnaissons pleinement dans le projet présenté. 

Qu’il s’agisse du contenu attendu des PACT… :
– Promouvoir une action culturelle de territoire, portée par les acteurs de ces territoires, reposant sur des dynamiques locales correspond pleinement à l’idée que nous nous faisons du développement local dans le champ de la culture comme dans d’autres domaines. Il se doit d’être avant tout endogène et ouvrant la place aux initiatives d’acteurs, à l’articulation entre ces initiatives et ne reposer exclusivement sur des événementiels importés ou des acteurs culturels uniques. 
– L’approche de la culture sous-tendue dans ce rapport indique également que l’on dépasse l’exclusive définition Culture avec un grand C et que l’on est aussi ici sur ce qui fonde le vivre ensemble. La culture est des maillons indispensable de la cohésion sociale. La pluridisciplinarité exigée nous apparaît être aussi un bon choix en ce sens qu’elle invite aussi à la rencontre, entre des horizons artistiques variés et entre des publics, à encore une fois vecteur d’un lien social renforcé. 
– Nous partageons aussi le souhait d’associer les habitants dans la réalisation des manifestations. 
– Enfin, il nous semble aussi que ce dispositif comme d’autres contribuera à l’emploi non délocalisable dans notre région. 

… ou qu’il s’agisse de la méthode : 
– les dispositifs d’accompagnement, 
– le principe de construction de ces projets à l’appui d’un diagnostic établi dans le cadre d’un contrat d’émergence nous paraît pertinent. Nous voudrions des précisions sur la conduite de ces contrats d’émergence et sur la façon dont ils seront accompagnés. Cette partie est floue dans le rapport. 

… Nous sommes globalement satisfaits par ce rapport, vous le constatez. 

En complément, je voudrais néanmoins poser quelques questions et remarques pour contribuer à la mise en œuvre et à la réflexion. 

1 – La volonté d’atteindre des territoires et des publics empêchés, nous ne pouvons qu’être d’accord. Il conviendra que les projets dans leur essence, soient en capacité de fonder un réel diagnostic objectif sur la situation et se dote de moyens particuliers pour faciliter l’accès à la culture : lever les freins de mobilité, d’accès financiers, de représentations symboliques des lieux de culture. Les publics empêchés ne sont pas facilement repérables. Des moyens spécifiques devront être mobilisés dans les PACT pour répondre à ces enjeux. 
La médiation culturelle (les jeunes, les sans emplois, les personnes âgées, les personnes en situation de handicap) tout comme la question de l’information culturelle sont à notre avis des aspects fondamentaux pour réussir en ce sens. Ils devront faire partie des éléments constitutifs de ces projets au risque sinon de n’en rester qu’à l’état d’intention. 

2 – Nous aimerions des précisions sur ce qui a conduit à déterminer les seuils de populations pour les territoires. Pour le seuil de 5000 habts, on voit bien qu’il convient d’avoir un seul pour que les dynamiques existent. Qu’en est-il pour le seuil des 32000 habitants ? 
De quelle manière la réforme en cours de l’intercommunalité ne viendra t-elle pas quelque peu perturber la définition de ces seuils ou à la capacité des nouveaux EPCI à se saisir de ce dispositif ? La question des compétences de ces territoires se posera nécessairement ? Les intercommunalités ne disposent pas toutes de la compétence et n’envisage pas toutes de le faire. La convention intercommunale si elle est possible, peut s’avérer complexe notamment dans le montage financier et les responsabilités de mise en œuvre. 

3 – Le cadre budgétaire sera contraint avec une enveloppe fixe. Se fixe t-on des objectifs chiffrés quant à la mise en œuvre annuel de ces PACT ? est-ce à dire qu’il s’agira de transformer dans les trois ans toutes les saisons culturelles en PACT ou aura t-on la capacité à s’ouvrir à d’autres territoires, voir de ne plus intervenir dans certains ? 

4 – Nous souhaiterions enfin insister sur l’impact positif que peut avoir les PACT dans les territoires ruraux et sans doute y’a t-il des territoires où l’émergence de projet devra être fortement accompagnée. A ce titre, nous disposons d’autres dispositifs comme Id en campagne et je souhaiterai savoir de quelle manière l’articulation pourra s’envisager ? Nous pourrions aussi poser la même question sur l’appel à projet innovation sociale dans lequel des projets culturels ont pu être proposés. On pourrait aussi questionner le rôle que pourraient jouer nos lycées, notamment par leur ouverture sur le territoire pour soutenir ces PACT. 

Donc au final, il y a lieu d’interroger comment nos différentes politiques sans se superposer pourront interagir notamment dans des territoires aujourd’hui non couverts. 

5 – Il nous semble et vous n’en serez pas étonnés, qu’il conviendrait d’ajouter des critères autour du développement durable et l’éco-compatibilité des projets. 

6 – Enfin, l’évaluation des PACT permettra de mesurer si les effets attendus seront atteints. Ainsi, il conviendrait que le comité de pilotage soit doté d’outils de pilotage au-delà de la définition des règles et de la décision des nouveaux entrants dans le dispositif. Il faut qu’il puisse disposer d’indicateurs assez concret pour cela et observer l’évolution de ces PACT : les effets de participation, l’accès des publics empêchés, les dynamiques induites dans les territoires, l’activité économique induite (emploi et autres). Il nous paraît donc nécessaire de donner un cadre plus précis à l’évaluation tant pour les porteurs de ces PACT que pour le pilotage global du dispositif. 

Nous saluons en tout cas l’évolution qu’apporte ce nouveau cadre pour le développement territorial de la culture et sommes très intéressés à disposer régulièrement d’information sur sa mise en œuvre. 

Je vous remercie.

 

Session du 29 Septembre 2011
Icône fichier PDF 

Rapport : Projets artistiques et culturels du territoire