Image communiqué de presse

Réforme territoriale : la bonne taille pour une région, c’est celle qui fait sens pour ses citoyens !

En réunion de la Commission permanente du Conseil régional du Centre, ce jeudi 3 juillet, le groupe EELV a voté contre le vœu en faveur de la fusion de la région Centre et des Pays de la Loire, soutenu par le PS et l’UMP.

 

Après avoir rappelé nos positions en faveur d’une réforme des collectivités locales favorisant la proximité, la démocratie et le développement soutenable, Jean Delavergne a protesté contre l’interprétation des débats du 18 juin réunissant le CESER et le Conseil régional : contrairement à ce qui est dit, l’expression majoritaire des conseillers n’a pas été en faveur d’une fusion avec les Pays de la Loire.

 

La plupart des interventions, notamment du CESER, ont en fait critiqué l’idée de constitution d’une « méga-région » éloignée des réalités et des acteurs de terrain.

 

Comment les habitants des bassins de vie de Dreux, de Montargis, de Saint-Amand-Montrond ou d’Argenton-sur-Creuse pourraient demain se sentir à l’aise dans une « grande région » – plus grande que l’Irlande – dont la capitale serait Nantes ?

 

EELV n’est pas opposé par principe à des changements dans les limites des régions, y compris par détachement de certains départements de leur région d’origine.

 

Mais, compte tenu de la précipitation dans laquelle se fait cette réforme, le plus sage serait, dans un premier temps au moins, de préserver et de renforcer le cadre de développement soutenable  de la Région Centre.

 

C’est aussi cette position que Jean Delavergne défendra demain à l’Assemblée Nationale, à l’occasion de la table ronde réunie à l’invitation de Carlos Da Silva, rapporteur au nom de la commission des lois sur le projet relatif à la délimitation des régions.

 

 

En pièces jointes :

le communiqué d’EELV Centre sur la réforme territoriale en cours (11 juin 2014)

l’intervention de Jean Delavergne en commission permanente du Conseil régional du Centre (3 juillet 2014)