Karim Laanaya Portrait

Schéma Régional de l’enseignement supérieur et de la vie étudiante

Intervention de Karim Laanaya

Monsieur le Président,

Fort heureusement, il en a été question aujourd’hui, cependant à la lecture de cette communication, nous nous sommes étonnés, et c’est même assez surprenant, du peu d’importance donnée à la dimension interrégionale des habitudes universitaires, pourtant réelles et très anciennes, notamment en ce qui concerne l’Eure-et-Loir qui présente une situation géographique singulière et un maillage ferroviaire qui favorise les déplacements d’est en ouest (ou inversement).

Dans la partie ouest de l’Eure-et-Loir, c’est-à-dire dans le Perche, autour de Nogent-le-Rotrou, les jeunes gens vont faire leurs études à Tours, mais ils sont peut-être aussi nombreux à faire leurs études à l’Université du Mans, beaucoup plus proche (une soixantaine de kilomètres).

Dans les deux cas, si les étudiants se déplacent en train, ils sont obligés d’emprunter la même ligne jusqu’à la gare du Mans (il faut environ 45 minutes) et ceux qui vont à Tours doivent ensuite changer de train à Tours, s’il existe une bonne correspondance (c’est le cas généralement) mais aussi et surtout s’il y a suffisamment de place dans le train, ce qui, le dimanche soir, est loin d’être une évidence sur la ligne Caen-Alençon-Le Mans-Tours, une ligne dont on ne se sait pas très bien qui gère quoi entre la Région Centre, la Région Pays de la Loire et la Région Basse-Normandie.

Inversement, une partie des bacheliers de l’est de l’Eure-et-Loir vont faire leurs études en région parisienne, comme leurs parents vont travailler en Ile-de-France.

Autrement dit, les transports ferroviaires, pour des raisons économiques ou pratiques, conditionnent en partie le choix du lieu d’études.

Malheureusement nous ne disposons d’aucun chiffre sur le flux des étudiants qui sortent ou entrent en région Centre. Ce serait intéressant.

Mon intervention ne comporte pas de question véritable, mais plutôt une observation et un sentiment. J’ai le sentiment qu’entre la région Centre et une partie de la région Pays de la Loire, voire une partie de Poitou-Charentes, il existe un espace commun qui a la double particularité d’être bien doté sur le plan ferroviaire et sur le plan universitaire, un espace au sein duquel les étudiants se déplacent presque naturellement, en fonction notamment des formations ou des spécialités proposées (je crois savoir par exemple que les Lettres classiques ne sont pas ou plus étudiées à la fac du Mans, alors qu’elles le sont à Tours).