Stratégie ESS : focus sur le financement et sur les monnaies locales

Intervention de Christelle de Crémiers

 

En Centre Val de Loire, l’association France Active est de toutes les associations régionales du réseau National, celle qui se développe le plus vite. Ce réseau d’associations de financement de l’ESS est présidé par Christian Sautter. Le soutien très fidèle et appuyé de notre région à France Active Centre Val de Loire pourrait expliquer pourquoi notre région se distingue ainsi.

Car la préoccupation ancienne et constante des élus de cette majorité est celle d’un développement équilibré qui ne creuse pas les inégalités. Ainsi, les 20 propositions nouvelles pour l’ESS sont articulées au service de l’innovation sociale et de la relocalisation de l’économie par la finance participative et citoyenne. En particulier, la proposition 15 « Mettre en place une plate-forme de financement solidaire à destination des projets en ESS » permettra d’abonder à parité sur l’investissement citoyen. C’est une mesure qui pourrait s’appeler « le circuit court du financement ». La proposition 15 est aussi celle des monnaies locales complémentaires. Quelques chiffres à rappeler sur les monnaies locales : 1. Sur 100 euros en circulation, 97 sont purement spéculatifs. Seuls trois euros financent l’ensemble de l’économie réelle. 2. Une monnaie locale fais l’objet en moyenne de 3,4 échanges, tandis qu’un euro retombe dans la spéculation au bout pratiquement d’un seul échange. 3. Il existe plus d’une centaine de monnaies complémentaires en France toutes sur un modèle de politique monétaire démocratique et directe.

 

Ainsi, avec son dispositif CAP Asso, son association France Active et sa stratégie pour l’ESS, la région Centre Val de Loire a tout pour relever ce qui constitue le véritable défi de notre temps. C’est qu’en l’état, le très connu « laissez faire et laissez passer » entraîne le creusement des inégalités, la fracture territoriale, la désertification de la ruralité et l’accroissement de la pauvreté. Ce n’est pas une écolo un peu sensible qui le dit, c est l’OCDE en octobre 2008. Dix ans déjà, et les choses ont si peu changé. C est pourquoi il faut saluer l’ambitieuse stratégie ESS de notre région, afin que les entreprises en ESS représentent dans un avenir proche près de 15% de l’économie régionale, car le plafond de verre se situe aux alentours de 12 %. Au-delà de ce seuil, par l’effet d’entraînement et d’émulation, un changement systémique est possible. Ainsi la région se joint à France Active pour développer un réseau d’entrepreneurs engagés, dont l’ambition, au-delà de la simple recherche de profit, est de  bâtir une société plus solidaire.