Transition écologique et solidarité : les piliers du jour d’après !

A l’occasion d’une commission permanente réunie ce vendredi 15 mai en visioconférence, le Conseil régional Centre-Val de Loire a adopté plusieurs dispositifs supplémentaires afin d’apporter des réponses concrètes à la crise que nous sommes en train de vivre. Elles viennent compléter les premières mesures d’urgence adoptées en avril dernier. Mais cette fois, il s’agit aussi de préparer le redémarrage de nos activités, même si nous le mesurons bien, nous n’en avons pas fini avec cette pandémie.

Cette commission permanente a été l’occasion d’entrevoir les visions du monde d’après, portée par les composantes politiques du Conseil régional. Les mois qui viennent seront cruciaux pour engager les transformations indispensables de notre système économique, pour répondre aux crises écologiques et leurs conséquences sanitaires et sociales.  Les solutions que nous défendons et portons depuis le début du mandat au sein de la majorité régionale sont adaptées pour répondre à ces crises dont l’origine écologique ne fait aucun doute. Le groupe écologiste a participé activement à l’élaboration de ces réponses, dans la période si particulière que nous vivons, tout en demeurant guidé par la même boussole : il nous faut mener à bien la transition écologique et sociale de notre région.

S’agissant du fonds « Renaissance », qui soutient les besoins des entreprises de moins de 20 salariés en finançant les investissements requis et la trésorerie nécessaire pour assurer la continuité et le redémarrage de leur activité, nous avons obtenu la mise en place d’une aide additionnelle « COP régionale » permettant d’augmenter le taux d’intervention de l’aide de 20 %. Sont éligibles à cette bonification les bénéficiaires qui mettent en œuvre un investissement contribuant aux objectifs de la COP régionale : améliorer l’efficacité thermique du bâti, diminuer les besoins de mobilité ou améliorer l’efficacité des transports, réduire les impacts du système alimentaire du producteur au consommateur,  améliorer les procédés industriels pour diminuer leur consommation de matière et d’énergie, diminuer les déchets et mieux valoriser les matières premières, protéger les milieux naturels et favoriser la biodiversité, développer la production et la consommation d’énergies renouvelables, avoir recours aux filières d’approvisionnement locales, relocaliser une production sur le territoire…

Afin d’encourager les initiatives solidaires, le groupe écologiste a également pesé pour que la Région crée le dispositif « Fabs’ Solidaires » et qu’elle lance un appel à projets « Micro Solidarités ».

De nombreuses actions quotidiennes au service des autres ont vu le jour pendant le confinement et se poursuivent depuis le début du « déconfinement ». Beaucoup ne nécessitent aucun moyen en dehors de l’énergie de concitoyens engagés, mais certaines ont besoin d’une aide financière ou technique, souvent modeste mais déterminante. C’est pour répondre à ce genre de besoins que nous avons conçu l’appel à projets « Micro Solidarités », avec un cadre d’intervention temporaire permettant à la Région non seulement de valoriser ces solidarités et ces initiatives spontanées, mais aussi de faciliter leur mise en œuvre concrète.

Le fonds exceptionnel « Fabs’ Solidaires » est plus spécifique puisqu’il a pour objet d’accompagner les makers, les couturier-e-s, les FabLabs… qui fabriquent avec altruisme des équipements de protection durant cette crise sanitaire, en les aidant pour l’achat de matière première ainsi que pour l’équipement. Un des enjeux à nos yeux est d’accompagner ces structures de proximité dans un réseau régional animé et dynamique.

Nous ne pourrons repartir comme avant, l’heure des choix courageux a sonné. Nous mettrons toutes notre énergie pour que la Région prenne toutes ses responsabilités pour engager le virage qui s’impose. Maintenant !

Les élus du groupe écologiste au Conseil régional