Image communiqué de presse

Une société qui sabre l’éducation est une société sans avenir !

27 Septembre 2011

En ce jour de grève nationale, où, pour la première fois, les syndicats d’enseignants du public et du privé, ainsi que les fédérations de parents d’élèves font front commun contre la politique ahurissante de l’État, les élu(e)s EELV au conseil régional du Centre s’associent à ce mouvement. 

16 000 postes supprimés en 2011, 14 000 suppressions annoncées pour la rentrée 2012. Au terme de son mandat, le gouvernement mené par Nicolas Sarkozy aura rayé des effectifs de l’Éducation nationale environ 60 000 postes d’enseignants, d’assistants d’éducation, d’instituteurs spécialisés… 

Ce n’est plus une politique, c’est une obsession  
L’application d’un dogme se résumant à n’avoir qu’une vision budgétaire de l’éducation est insupportable et pèse sur le dos de celles et ceux, qui tous les jours, travaillent pour le bien public. Celui qui n’est pas côté en bourse, ni noté par Standards & Poors, et qui pourtant contribue à créer de la richesse humaine, intellectuelle, curieuse et porteuse de sens. 
Si nous voulons demain une vraie société de la connaissance, de la critique, en lieu et place d’une société de « temps de cerveau disponible », c’est à l’école, au collège et au lycée, dernier maillon de la chaîne avant l’entrée dans la vie adulte que cela se fera. 
Ce n’est pas en fermant des classes, en réduisant l’offre de formation, en ne remplaçant pas des professeurs ou encore en démantelant les réseaux d’aide spécialisée aux élèves en difficulté (RASED) que nous arriverons à une société dont l’éducation de ses jeunes générations devrait pourtant être le cœur. 

Une école terreau de la société de demain 
En charge de l’éducation et des lycées à la Région Centre, les écologistes sont au premier rang pour assister à cette dégradation des conditions de service dans les établissements. Un constat partagé par tous : enseignants, équipes de direction, parents… 
Ainsi, comment répondre à la demande croissante de places en internat, lorsque les postes d’assistants d’éducation manquent à l’appel ? Un exemple parmi tant d’autres… 
Oui, nous ne pouvons qu’être solidaires d’un mouvement qui n’a d’autre objectif que de défendre un projet qui devrait être porté par toute la nation : une école forte, accueillante, ouverte, terreau de la société de demain, qui ne sera pas celle de l’exclusion, du chacun pour soi, du « que le meilleur gagne », si elle veut tout simplement exister. 

Pour le groupe des élus Europe-Écologie Les Verts, Chantal Rebout, Vice-présidente déléguée à l’Éducation et aux Lycées au conseil régional du Centre