Voeu : défense de la transversale ferroviaire Lyon-Bourges-Tours-Nantes

En 1974, la SNCF mettait en place des turbotrains reliant 4 fois par jour Lyon à Nantes en 6 heures, rencontrant un vrai succès commercial. Quarante ans plus tard, la priorité ayant entre-temps été donnée au TGV, la dégradation du service sur cet axe en terme de fréquence et de temps de parcours a poussé les voyageurs voulant rejoindre l’Ouest de la France à la région Rhône-Alpes à passer par l’Ile-de-France en empruntant des TGV qui ne traversent pas la région Centre.

 

Comme le POLT, la ligne classique Lyon-Nantes (passant par Nevers, Bourges, Vierzon et Saint-Pierre-des-Corps) fait partie de ces « trains d’équilibre du territoire » (TET) qui ont vu diminuer au fil des années le nombre de circulations de bout en bout. Ainsi dans le plan de transport 2014 il n’est prévu de trains sur l’intégralité du parcours Lyon-Bourges-Tours-Nantes que le week-end :

–      le vendredi, le samedi et le dimanche : Lyon 15h33 > Nantes 23h20 ;

–      le samedi : Nantes 6h22 > Lyon 13h40 ;

–      le dimanche : Nantes 13h44 > Lyon 21h06.

 

C’est plus généralement l’avenir des TET qui demeure flou, alors que ceux-ci participent au maillage équilibré du territoire national en permettant un service « grandes lignes » entre les principales villes non reliées par la grande vitesse et en garantissant la desserte de territoires moins denses en population.

 

Pourtant l’été dernier, à la suite du rapport de la commission « Mobilités 21 », le gouvernement a pris la mesure du besoin de renouvellement du réseau ferroviaire classique en décidant de redonner, sur l’ensemble du territoire, la priorité aux trains du quotidien ainsi qu’à la rénovation des réseaux existants. Alors que le projet de SNIT élaboré sous la présidence SARKOZY avait multiplié les projets sans les financer ni les hiérarchiser, le cap est désormais fixé : il convient de se recentrer sur des projets améliorant à court terme le service rendu aux usagers.

 

Pour le « Cœur de France », cela suppose d’intégrer dans le cadre de l’élaboration d’un schéma national des dessertes ferroviaires, en concertation avec les Régions concernées, l’optimisation des 3 axes structurants que sont Paris-Orléans-Châteauroux-Limoges-Toulouse, Paris-Montargis-Nevers-Clermont et Lyon-Bourges-Tours-Nantes.

 

L’élaboration de ce schéma permettrait de développer de manière pérenne un maillon manquant entre TGV et TER pour les déplacements de moyenne/longue distance sous la responsabilité de l’Etat, autorité organisatrice des trains d’équilibre du territoire, qui concilierait rapidité, desserte des territoires, fiabilité, confort et accessibilité financière.

 

Cela passe notamment par une réflexion sur le matériel le plus adapté. Le Ministère des Transports a justement annoncé le 5 décembre dernier la commande au constructeur français Alstom de 34 nouvelles rames « Coradia Liner » devant être affectées à partir de fin 2015-début 2016 à 5 lignes TET dont Lyon-Bourges-Tours-Nantes et Paris-Orléans-Bourges-Montluçon. A moyen terme, ce contrat est naturellement le bienvenu puisqu’il doit permettre de limiter la pénurie de locomotives des trains « Corail » qui impacte énormément le réseau « Intercités » de la SNCF depuis quelques années.

 

En conséquence, le Conseil régional du Centre, réuni les 19 et 20 décembre 2013 à Orléans :

–  rappelle son attachement à la transversale ferroviaire Lyon-Nantes, qui s’est manifesté par de lourds investissements pour l’électrification entre Saincaize et Tours, avec la participation de l’Etat et de l’Union européenne ;

–  propose de revitaliser la desserte TET Lyon-Nantes de bout en bout ;

–  considère cet axe comme stratégique dans la nécessaire relance du fret ferroviaire en France ;

–  demande que la ligne soit optimisée, notamment en améliorant les performances du système de signalisation et en relevant certaines vitesses à 200 km/h sur d’autres portions que Saint-Germain-des-Fossés-Saincaize et Angers-Nantes ;

demande qu’une réflexion associant toutes les parties prenantes (collectivités desservies, usagers, cheminots,..) soit menée sur les matériels les plus à même de rendre efficace le transport ferroviaire de voyageurs sur cet axe.

 

 

 

Vœu adopté dans ces conditions :

– pour : EELV, PC-FG, PS-PRG

– contre : UPRC (UMP et UDI)

– non participation au vote : FN