Image Rails

Voeu: relatif à la Défense de la ligne Paris-Orléans-Limoges-Toulouse

Voeu déposé par le groupe EELV, co-signé par le groupe PS et amendé par le groupe PCFG

D’après un courrier adressé le 25 janvier dernier aux élus membres du comité des financeurs des études du projet de barreau LGV Poitiers-Limoges par le directeur des infrastructures, des transports et de la mer, mais également d’après le rapport de RFF sur lequel l’Autorité environnementale a rendu un avis le 13 mars, il est prévu  de réduire les services sur l’axe POLT à seulement 4 allers-retours quotidiens contre 11 dans la configuration actuelle, cela afin de tenter d’améliorer le bilan socio-économique du projet de barreau LGV entre Poitiers et Limoges. 

Le Conseil régional du Centre s’insurge contre cette démarche qui aurait pour conséquence l’enclavement d’une partie des régions concernées et va l’encontre de l’aménagement du territoire. 
La liaison POLT contribue à desservir 32 départements, 7 grandes métropoles et plus de 5 millions d’habitants. Sa remise en cause est inacceptable.

Tout au long des 712 kilomètres séparant la gare d’Austerlitz à Paris de la gare de Toulouse-Matabiau, la ligne POLT dessert Orléans, Vierzon, Châteauroux, La Souterraine, Limoges, Cahors et Montauban. Faut-il rappeler que dans les années 1970 le « Capitole » accomplissait ce trajet en 6 heures, soit bien plus rapidement qu’aujourd’hui ?

Il y a 10 ans,  l’Etat, la SNCF, RFF et les 3 Conseils régionaux concernés (Centre, Limousin, Midi-Pyrénées) avaient convenu d’un projet de modernisation du POLT en décidant de financer la modernisation de l’infrastructure et du matériel et la mise en place d’une nouvelle desserte. En 2003, le gouvernement de Jean-Pierre RAFFARIN, devenu Premier Ministre, a décidé unilatéralement l’arrêt de ce  projet et promu à la place une nouvelle LGV entre Poitiers et Limoges.  

Ce projet aberrant de barreau LGV serait désastreux non seulement pour l’environnement, mais aussi pour l’aménagement du territoire : Limoges serait certes relié à la LGV Paris-Saint-Pierre-des-Corps-Poitiers-Bordeaux mais le reste du Limousin, ainsi que l’Indre au nord et le Lot au sud seraient délaissés. 

Dans son avis du 13 mars, sur le projet de LGV Poitiers-Limoges, l’Autorité environnementale pointe le fait que les chiffres du dossier font « abstraction des coûts d’opportunité des fonds publics », c’est-à-dire qu’ils ne prennent pas en compte l’obligation de hiérarchiser les dépenses dans des budgets publics. Cela n’est pas acceptable dans le contexte actuel des finances publiques.

En installant, en octobre 2012, la commission « Mobilité 21 » chargée de faire le tri dans les trop nombreux projets inscrits dans l’ancien projet de Schéma national des infrastructures de transport (SNIT), destiné à être transformé en Schéma national de la mobilité durable (SNMD), le Ministre des Transports, Frédéric CUVILLIER, a demandé de prendre en compte « la priorité que le Gouvernement entend donner aux transports du quotidien et à la rénovation des réseaux existants ». 

En conséquence, le Conseil régional du Centre, réuni les 28 et 29 mars 2013 à Orléans :
–    soutient le choix du Gouvernement de donner une vraie priorité aux transports du quotidien et la rénovation des réseaux existants ;
–    demande le retrait immédiat du projet de diminutions de dessertes sur la ligne POLT ;
–    confirme son opposition résolue au projet de barreau LGV Poitiers-Limoges, déjà exprimée en 2006 par Michel SAPIN, président du Conseil régional, lors du débat public sur ce projet, et rappelée par François BONNEAU dans une lettre du 20 février 2013 ;
–    s’alarme du fait que l’enquête publique relative à la construction du barreau LGV Poitiers-Limoges figure à l’ordre du jour du conseil d’administration de RFF ce jeudi 28 mars, ceci avant même que la commission « Mobilité 21 » ait rendu ses conclusions ;
–    manifeste son attachement la ligne structurante POLT et refuse qu’elle soit sacrifiée pour optimiser la rentabilité d’un projet non indispensable ;
–    considère qu’en tout état de cause, il est nécessaire de décider d’un schéma directeur national pour la modernisation des infrastructures et du matériel roulant, la réorganisation des dessertes, en y associant tous les acteurs des territoires concernés pour optimisation à court terme de POLT. Cette modernisation devant permettre à terme de mettre Limoges à 2h20 de Paris et Châteauroux à 1h30.


Voeu adopté : vote POUR des groupes EELV, PS, PCFG – Le FN et l’UMP n’ont pas souhaité s’associer à ce voeu d’intérêt général