Voeu UDC : « après le Brexit, la France ne doit plus verser son chèque d’1,6 milliard d’euros pour la Grande-Bretagne »

Voeu présenté par le groupe UDC (élus LR et UDI)

 

En juin 1984, avec les accords de Fontainebleau, la Grande-Bretagne a obtenu un abattement conséquent sur sa contribution au budget de l’Union européenne, abattement demandé par Margaret Thatcher avec sa fameuse expression « I want my money back » (« Rendez-moi mon argent »). Concrètement, la France paie annuellement une contribution importante au « rabais britannique ». L’an dernier, la France a payé 1,6 milliard d’euros pour garantir le maintien de la Grande-Bretagne dans l’Union Européenne.

Puisque les Britanniques ont fait le choix souverain de quitter l’Union européenne, il est
indispensable que la France entame dès à présent une procédure et que le chèque versé à la Grande-Bretagne ne le soit plus.

Theresa May, Premier ministre de la Grande-Bretagne, a annoncé un calendrier de mise en œuvre du Brexit, dont la procédure sera ouverte à compter de mars 2017. Mais c’est dès à présent que nous voulons récupérer notre argent.

Nos agriculteurs sont engagés et parfois contraints par la politique agricole commune mise en place au niveau européen. Dans le même temps, ils ont été les plus lourdement touchés par les changements de leur secteur d’activité et le sont encore aujourd’hui, notamment lorsque l’on pense aux dernières intempéries.

Voilà pourquoi le Conseil régional du Centre-Val de Loire, réuni à Orléans les 13 et 14 octobre 2016, propose au Gouvernement français que cette somme d’1,6 milliard, appelé le rabais britannique, soit mise au profit des 1,5 million de retraités agricoles français pour revaloriser leurs pensions de retraites. Leur pouvoir d’achat serait ainsi augmenté de plusieurs centaines d’euros par an et ce serait un beau moyen de réconcilier les Français avec la politique et avec l’Europe.

VŒU REJETÉ :

-Pour : groupe UDC (LR+UDI)

-Contre : groupe écologiste, groupe SRD (PS+PRG+UDE), groupe FN